Accueil // MONDE // Revendication indienne en direction de François Hollande

Revendication indienne en direction de François Hollande

Le résultat tout jute connu, Vaiju Naravane a filé rédiger un nouvel article pour son quotidien, après avoir déjà envoyé en début de soirée un reportage d’ambiance nourri de ses passages dans des bureaux de vote et aux QG de campagne de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Le défi de ce second « papier » ? « Détailler les interrogations sur le financement du programme du nouveau président ;  expliquer que s’il y a eu rejet de Nicolas Sarkozy, c’est parce qu’il irrite les Français et que ceux-ci ne veulent pas regarder son bilan qui est plutôt bon sur la crise, la guerre en Géorgie… Tout n’est pas mauvais. »

La journaliste s’est aussi attachée à démentir la réputation de « milk pudding » (traduction de Flanby) de François Hollande. « Il a vraiment montré qu’il n’était pas mou lors du débat ; j’ai trouvé que durant la campagne entre les deux tours, il a semblé grandir de discours en discours. On ne l’attendait pas et il a été élu presque par hasard. Il s’est présidentialisé au cours des trois derniers mois ; je le vois comme un empereur, car en France la fonction présidentielle est presque monarchique. »

Reste maintenant à François Hollande à « découvrir » l’Inde, avec laquelle Nicolas Sarkozy a su nouer une relation particulière. « La communauté indienne des affaires est très éprise de Sarkozy. Il avait su trouver la bonne équation avec le CAC 40 indien et les avait reçus à l’Elysée, établissant un contact personnel. Il a été un grand VRP de la France en Inde. »

La tache s’annonce d’autant plus rude pour son successeur que François Hollande est, selon Vaiju Naravane, très mal conseillé sur son pays. « Il a un soi-disant conseiller sur l’Inde, mais il est vraiment nul. » Alors que les dossiers « chauds » franco-indiens s’accumulent : en promettant d’accélérer le retrait des troupes françaises en Afghanistan, le nouveau président « déstabilise » New Delhi, concerné au premier chef. « Nous avons été surpris par cette annonce, sans consultation des alliés », ajoute Vaiju Naravane. « Son calendrier n’est pas réaliste et les explications avancés lors du débat ne sont pas convaincantes. »

La laïcité peut constituer une autre pierre d’achoppement dans la relation entre les deux pays. « Nous ne sommes pas d’accord avec la notion française de laïcité. Nous n’avons pas compris la loi sur la burqa, qui est ridicule ».

Source: http://www.courrierinternational.com

Tags: , , ,

Donner votre avis

Copyright © 2011 laic.info. Tous droits réservés.
Conception Laicactif.