Accueil // MONDE // Hisham Ben Khamsa : Lettre ouverte à tous ceux qui veulent nous expliquer pourquoi ils ont voté pour Ennahdha.

Hisham Ben Khamsa : Lettre ouverte à tous ceux qui veulent nous expliquer pourquoi ils ont voté pour Ennahdha.

En parcourant Facebook, je suis tombé sur un article écrit par un certain Mohamed Ali M’rad, polytechnicien Tunisien vivant à Paris et dans lequel, il nous explique pourquoi, il a voté pour Ennahdha. Les commentaires de son article étant restreints à ses amis et comme je n’en suis pas (ouf), je lui ai envoyé un message. Je me permets de vous en poster une copie. Je vous mettrai aussi à la fin un lien vers son article afin que vous vous en fassiez votre propre idée.

Cher Monsieur,

Que vous ayez voté pour Ennahdha vous regarde et que vouliez expliquer cela est très étrange, à moins que ce ne soit une manière d’exorciser un acte dont vous n’êtes pas complètement convaincu. Ceci dit, Il nous est peut être légitime de vous demander, monsieur le  polytechnicien, et uniquement puisque vous en parler, où vous étiez le 14 janvier quand nous prenions des risques devant le ministère de l’intérieur et le 10 janvier devant le théâtre municipal en solidarité avec nos frères de Sidi Bouzid? Je suppose que vous étiez devant votre télé en France, plein de vos valeurs et de votre morale  comme votre héros Ghannouchi était planqué avec son courage à Londres le temps de trouver une réservation sur Tunisair le 31 Janvier.

De grâce, évitez d’insulter notre intelligence, vous qui avez fait le choix de vivre dans un pays qui garantie les libertés individuelles en jouant au poker avec notre pays que vous ne visitez que de courtes vacances, le temps d’un petit brin d’exotisme qui vous donne bonne conscience. Personne ne vous a demandé de vous justifier car voyez vous les vrais démocrates, les artistes et les créateurs de la Tunisie qui ont fait le choix de rester en Tunisie (où d’y retourner comme moi) ont milité de différentes façons contre Ben Ali et contre le désert intellectuel qu’il a crée, désert dont on cartographie localement aujourd’hui les confins infinis.

De grâce, évitez de traiter tous ceux qui ont des idées différentes des votres d’ex-RCD, pour peu que vous ayez des idées. Si le camp progressiste s’élève contre certaines méthodes d’Ennahdha, c’est que nous vivons tous les jours les dépassements et les extrémismes de certains groupes aux idéologies, aux accents et aux costumes importés d’autres lieux et d’autres siècles. Contrairement à ce que vous pouvez penser, nous sommes musulmans et nous n’avons besoin ni de postures, ni de signes extérieurs de religiosité pour nous le rappeler. Nous n’avons surtout aucun besoin de le rappeler à qui que ce soit. Nous vivons cela comme un acte personnel entre nous et Dieu. Nous vivons surtout cela comme un acte de foi consciente plutôt que comme une crainte d’un quelconque châtiment à venir après la mort.

Si vous viviez en Tunisie, peut être auriez vous senti comme nous autres que l’Islam n’est en danger que pour les bonimenteurs assoiffées de pouvoir sans véritables projets féderateurs, ceux qui usent d’un langage moralisateur mais qui n’ose jamais condamner clairement les violences que l’on fait au nom de Dieu, de peur d’aliéner une base qu’ils doivent garder sous leur coupe sans avoir le véritable courage de la brusquer. L’Islam n’est en danger que pour ceux qui n’ont ni la droiture ni la décence de comprendre l’importance de bâtir une société libre et tolérante, qui non seulement est juste et solidaire mais donne une dignité et une liberté afin que nos jeunes ne risquent plus leur vie dans des barques de la mort à vouloir rejoindre les contrées qu’ils perçoivent comme étant libres. Vous remarquerez que tous ces jeunes qui saignent leurs familles déjà pauvres pour leur droit de passage non garanti, ne se précipitent pas chez les bailleurs de fonds de Ennahdha (car ne vous en déplaise, c’est bien là une réalité) dans les pays du Golfe où notre religion n’est pas attaquée, même si nos coreligionnaires le sont très souvent. Pourtant, il est beaucoup plus simple, moins cher et moins dangereux d’avoir un visa et un billet d’avion pour la Omra.

Ce n’est pas insulter l’Islam que d’avoir envie de vomir quand Samir Dilou, N°3 de Ennahdha dans un souci de se créer un faux historique de révolutionnaire, dit à la TV nationale le soir des élections « nous avons eu 7 martyrs » alors que nous autres tunisiens avons eu plus de 300 morts.

Ce n’est pas non plus insulter l’Islam que de dire que nous ne voulons pas de Burkas et autre Niqabs dans ces sanctuaires de la connaissance que sont nos universités alors que l’Islam interdit aux femmes de se couvrir le visage et les mains dans son lieu le plus saint: Le Harram Echerif de La Mecque.

Alors sachez, Monsieur que contrairement à ce que vous voyez en boucle quand vous alternez entre Al Jazeera et France 24, les vrais démocrates modernistes de la Tunisie ont largement accepté la victoire de Ennahdha en disant tout simplement que c’est là le choix du Peuple et les règles de la démocratie et que nous attendrons pour les juger sur leurs actes, même si nous n’avons pas confiance en leurs intentions. En attendant, nous travaillerons dur pour relever le pays et attendre la prochaine alternance démocratique. Est-il nécessaire de vous rappeler que Rached Ghannouchi a deux jours du scrutin a menacé de lâcher ses hordes dans la rue s’il n’avait pas la majorité ? Voilà un acte extrêmement honorable, mais j’imagine que pour vous l’honneur est une valeur variable.

Vous dites Monsieur, « je ne pouvais pas voter pour un parti anti-Islam se cachant derrière une laïcité de façade » et bien je vous réponds tant mieux car j’aurais eu honte de savoir que je partage des idéaux avec quelqu’un d’aussi simpliste dans ses raisonnements et aussi factieux dans ses dires.

Permettez moi pour clore de dire que personnellement, je suis musulman très croyant et laïc (ou plutôt séculariste) car je pense que la religion est quelque chose d’individuel et qu’au contraire la liberté est collective. C’est peut être un concept difficile à appréhender pour les gens qui ne voient les choses qu’au premier degré mais si j’avais à choisir en tant que musulman entre la liberté et l’Islam, et bien je choisirais sans hésitation la liberté, car elle garanti mon Islam et le votre, là ou votre Islam ne garanti ni ma liberté ni la votre.

Je ne vous salue que parce que la coutume musulmane le veut.

Hisham Ben Khamsa

Homme de Culture, Tunisien d’abord, progressiste et musulman en même temps.

 

Source officielle :

Tags: , , , , , , ,

Leave a Reply

Copyright © 2011 laic.info. Tous droits réservés.
Conception Laicactif.